Une fois n'est pas coutume on va parler de produits ménagers aujourd'hui ! :D

Mon homme a acheté il y a quelques temps un produit que je trouve miraculeux : la pierre d'argent. On avait eu l'occasion de l'utiliser sur le mobilier de jardin mais j'avais pas trouvé ça révolutionnaire même si efficace effectivement. J'avais un petit plateau de cuivre type marocain à nettoyer afin qu'il trône fièrement sur mon autel et il avait pas mal pris la poussière et était bien terni. 

Voilà en photos à quoi il ressemblait avant (mais ça c'était avant ;) ) :
Après l'avoir bien frotté à l'aide ma pierre d'argent et d'une éponge voilà le résultat que j'ai obtenu :
C'est magiiiiiiiique !!! On peut même voir le ciel se refléter sur le métal !! :D 

Franchement j'étais comme une petite folle après avoir vu ça, je m'attendais à ce que ça le nettoie mais j'ai été surprise d'une telle efficacité !

Pour info la pierre d'argent c'est à base d'argile et de savon et c'est un produit totalement ecolo et non polluant donc ça c'est cool. Concernant l'utilisation ça se présente dans une boite, il suffit de frotter l'éponge humidifiée (mais pas trop trempée sinon on perd l'aspect un peu abrasif) sur le savon et ensuite de nettoyer normalement ce que l'on veut. J'ai essuyé mon plateau avec un chiffon en microfibre mais avec du sopalin ou un chiffon classique ça marche très bien aussi je pense. ;)

Ce qui est génial c'est qu'on peut tout nettoyer avec ça aussi bien la céramique que les plaques de cuisson, que la robinetterie ou tout ce qui est en métal (je ne suis pas sure pour les métaux précieux à vérifier) donc c'est multi usage. Par contre je trouve quand même que le prix est un peu cher : 6,80€ les 300g sur lacoshop.com donc je préfère réserver ça un usage qui ne soit pas quotidien.

J'étais tellement extasiée quand j'ai découvert ça que je voulais partager un bon plan pour nettoyer des trucs pas forcément évident avec vous. J'espère que ça vous sera utile. ;)

Source 

 
 
Hier fut l'occasion d'une sortie à l'Espace Rambouillet. Pour ceux qui ne connaissent pas c'est une partie de la forêt domaniale de Rambouillet qui est gérée par l'ONF. Elle comporte un parcours d'acrobranche pour faire découvrir le monde des bois aux enfants, une réserve de rapaces avec des démonstrations mais surtout un espace de 180 hectares où évoluent en semi-liberté de nombreux animaux sauvages. 

Déjà c'est une très belle forêt de chênes et de bouleaux essentiellement, j'ai pu y croiser quelques pins aussi. Elle est très bien entretenue (un peu trop comme toutes les forêts françaises qui donnent toujours cette impression de nature endiguée, contrôlée, dirigée par l'homme et moi ça m'énerve !) mais vis à vis de la forêt de Sénart que j'ai près de chez moi (bouh que des châtaigniers :( ) ça me change pas mal !
Il est conseillé lors de la visite de s'éloigner des sentiers de randonnée afin d'aller se perdre au fond des bois et d'espérer y rencontrer une de ces bêtes mystérieuses que l'on ne croise que peu dans nos contrées urbaines...

Tout d'abord j'ai eu la joie de voir quelques magnifiques ancêtres sur notre chemin. 
Ce Maître Chêne m'a vraiment impressionné... Quelle splendeur, quelle force et quelle vitalité ! L'arbre suivant que nous avons croisé aurait pu être son frère mais de l'autre côté du miroir....
J'ai été littéralement scotchée lorsque je l'ai aperçu... Il dégageait une telle puissance qu'il m'attirait et me repoussait à la fois... Et ce n'était que le début des rencontres que nous allions faire.

Je dois avouer que nous avons été bénis des Dieux lors de cette sortie. Nous nous attendions à devoir marcher des heures, à patienter très longuement avant d'avoir la chance de croiser peut-être quelques animaux et là ça a été la totale en l'espace d'une heure !

Nous étions dans la zone où nous étions le plus susceptible de croiser des sangliers et après quelques minutes de marche, aux aguets (tout en faisant attention à ne pas se casser la gueule...), mon mari me montre l'horizon où je distingue des dizaines de sangliers au galop. Ils longeaient la lisière de la forêt en formant un demi cercle et il y en avait bien une trentaine à vue de nez ! Nous avons obliqué nos pas afin de suivre leur route, espèrant qu'ils finiraient par s'arrêter, ce qu'ils ont fait assez rapidement. A environ une vingtaine de mètres de nous il s'étaient regroupés sous la direction d'une laie ( j'ai appris qu'ils fonctionnaient sur la base d'une société matriarcale). Nous avons pu voir une compagnie vraiment très importante ce qui nous a surpris. Elle était composée de tous les âges, aussi bien des marcassins jusqu'à des membres bien plus âgés. 
Nous avons eu la chance de pouvoir les étudier longuement même à partir du moment où nous ayant repéré ils ont décidé de s'éloigner progressivement de nous puis en courant. Ce sont des animaux très craintifs et il était très intéressant de constater qu'ils étaient dirigés par une laie qui avançait à quelques mètres du reste de la troupe, laquelle calquait ses mouvements sur les siens. Ils s'arrêtaient régulièrement afin de scruter les environs et repartaient lorsque la meneuse reprenait sa course tout en protégeant les petits qui restaient bien au centre du groupe.

Après cette belle rencontre nous avons continué notre route et comme à chaque fois par la suite nous sommes tombés nez à nez avec une autre espèce. Je regardais attentivement le sol (vraiment irrégulier arg) lorsque mon mari m'a attrapé brusquement par le bras : j'étais à peine à quelques mètres d'un chevreuil qui lui m'avait repéré ! 
Cet animal est bien moins craintif que les sangliers, nous étions très près de lui et il ne semblait pas le moins apeuré par notre présence. Il a simplement préféré s'éloigner paisiblement de nous afin de rejoindre sa femelle qui semblait elle bien plus sensible à notre proximité.

Nous enfonçant encore plus dans le sous bois nous avons recroisé la grande compagnie de sangliers et peu plus loin d'eux un troupeau de chevreuils d'environ une dizaine d'individus. C'est peu de temps après ce moment que nous avons eu la plus belle des surprises : regardant mon mari se détourner pour contourner les animaux, j'ai tourné la tête et j'ai été saisie par le regard d'un cerf allongé à moins de dix mètres de nous. Il était accompagné de 3 autres mâles dont un qui était manifestement un dominant étant donné sa taille et son attitude vis à vis des autres.

J'étais stupéfiée de cette apparition et leur regard était incroyablement intense, je me sentais vrillée. 
Autant voir des sangliers était impressionnant et les chevreuils charmants mais là croiser quatre Rois de la Forêt, c'était stupéfiant. 
Le charisme, l'assurance et la magnificence qu'ils dégageaient était incroyable. On sentait que c'était eux les patrons du coin et qu'on ne les impressionnaient pas vraiment. Et leur manière de se déplacer était pleine de grâce et de puissance. 
J'ai vraiment été émue, heureuse et comblée de voir enfin l'avatar Cernunnos, un dieu que j'affectionne particulièrement. 

Plus tard dans l'après-midi nous avons revu à nouveau des sangliers mais une compagnie plus petite cette fois et nouvelle surprise nous avons croisé cinq daims. On a vu Bambi ! :D :D 
Ils étaient très beaux avec leur bois palmés, leur pelage tacheté blanc et ayant bien développé nos compétences de traqueurs (oui bien suuur) nous avons pu nous approcher d'eux assez près en se glissant d'arbre en arbre, de vrais sioux !


Ressources concernant les amis croisés ce jour :

Sanglier

Chevreuils 

Cerfs

Daim
 
 
Arpentant à nouveau le chemin,, j'ai eu envie de m'occuper des plantes de mon jardin aujourd'hui, de faire des récoltes et de commencer de nouveaux projets.
De gauche à droite : mélisse officinale, menthe du Maroc, sauge officinale et absinthe.
L'après-midi était particulièrement douce, l'odeur des plantes enivrante et j'ai ressenti le besoin de me retrouver en contact avec la Nature et de bénéficier de ses bienfaits.
Au début cela m'a fait un peu de peine de couper toutes ces tiges mais au final lorsque l'on fait pousser des plantes la fonction ornementale n'est pas primordiale et lorsque celles ci sont aussi précieuses et utiles on doit pouvoir les utiliser sans culpabilité ! Je me suis demandé aussi si je devais faire une offrande à chacun de mes plants pour les remercier de leur don mais au final j'ai décidé de ne pas en faire : ce sont des plantes "d'élevage" si je puis dire, elles ont été plantées, arrosées, nourries, choyées dans un but précis : m'être utile et m'apporter leurs bienfaits. Je suis profondément reconnaissante envers la Nature pour sa richesse et sa générosité mais je ne me vois pas remercier chaque plante que je vais entretenir ou récolter. L'attention quotidienne dont elles bénéficient me parait être un échange de bon procédé. :) Cela étant pour une plante ayant poussé librement à l'état sauvage, l'offrande comme un remerciement, un échange me parait logique. Néanmoins je me questionne : qui remercie t on ? La plante ou la Nature ? Parce que concrètement la plante pousse, fait sa vie, survit, suis son instinct qui lui dit de grandir, de s'épanouir, de se reproduire, elle suit son cycle tout simplement. Pourquoi la remercierais je simplement parce qu'elle existe ? Ne serait il pas plus logique de remercier plutôt la Nature, sa générosité dans la création des plantes nécessaires à la vie humaine ? Personnellement cela me semble plus logique, ainsi je me suis laissée portée par mon inspiration et j'ai bricolé une tresse de lavande que j'ai déposé sur mon autel en remerciement pour ses dons.
J'ai aussi ramassé du thym, du romarin, la totalité de la lavande qu'il me restait ainsi que du saule tortueux.
Dans les projets que j'avais depuis trèèèès longtemps concernant les bricolages sorciers je souhaitais me fabriquer des bâtons de fumigations et c'était l'occasion ou jamais !
Je suis un peu une aventurière alors au lieu de simplement laisser les plantes individuellement je me suis dit que ce serait sympa de faire des mélanges ! Le premier smudge est composé de sauge et d'absinthe, le second de sauge, de mélisse, de menthe et de lavande et le dernier de thym, romarin, un peu d'absinthe et de sauge ainsi que de lavande. Bon je ne sais pas du tout ce que ça va donner, ça se dit toutes ces plantes ne se mélangent pas bien du tout. Je me suis dit que j'ai peut être un peu trop joué à l'apprentie sorcière mais c'est en expérimentant que l'on apprend alors on verra bien !

De plus j'avais aussi des projets tout simplement gustatifs ! Pholiane Noctua avait évoqué il y a un moment une liqueur maison faite à partir d'un macérât d'absinthe et de menthe. Ces deux plantes ayant un fort succès de part chez moi j'avais envie de tenter l'expérience depuis un moment. C'est chose faite ! J'ai utilisé une bouteille d'1 litre de vodka Eristoff avec une grosse poignée d'absinthe et moitié moins de menthe. 
Au bout de 6 jours je filtrerai le mélange et y ajouterai du sirop de sucre de canne. J'ai hâte de goûter au résultat !
Ayant aussi une jolie quantité de sauge dans mon jardin mais n'ayant pas vraiment eu l'occasion de l'utiliser dans la cuisine je me suis dit que tenter le vin de sauge serait une bonne expérience à faire.
J'ai choisi un vin blanc sec, un Muscadet, auquel j'ai ajouté du miel et je l'ai fait passer environ une vingtaine de fois sur un fond de sauge dans ma passoire. j'ai changé les feuilles trois fois ce qui permet d'éviter l'amertume contenue dans les feuilles. Le résultat est délicieux ! C'est un vin qui se boit en apéritif, bien frais. :)
Voilà pour mes récoltes du plein été et mes petites expérimentations. :)
 
 
Voici le dernier bijou qui m'est sorti de l'esprit : je l'ai appelé les Crocs de l'Obscur.

Il est composé d'un donut en agate noire et entouré de perles d'onyx et de "crocs" en nacre.

Une amie l'appelle aussi "Le vagin denté de Lilith". Visuellement ça parle. :-D
 
 
En furetant sur le profil Facebook de mes amis j'ai l'occasion de découvrir des artistes avec lesquels j'ai plus ou moins d'affinités et parfois c'est un vraie révélation. Ce fut le cas pour Stille Volk.
Ce groupe aux textes très poétiques et évocateurs s'inspire particulièrement du folklore pyrénéen et de la sorcellerie. D'ailleurs la traduction de l'allemand Stille Volk est "Peuple silencieux"...

Ce que j'aime beaucoup dans ce groupe est qu'ils mélangent à la fois des sonorités médiévales, d'autres folkloriques avec des instruments traditionnels tels que la vielle à roue, la cornemuse, la gimbarde, et ils posent des textes vraiment poétiques avec un très fort pouvoir incantatoire je trouve comme dans l'excellent album Le Satyre Cornu.

Voici quelques musiques récupérées sur Youtube que vous pourrez retrouver avec les paroles dans la section "Chants".
 
 
J'ai profité de mon jour de mon jour de repos pour créer quelques bijoux :
 
 
Dans la lignée de l'art Steampunk, j'ai envie aujourd'hui de vous présenter un sculpteur : Stéphane Halleux.

Cet artiste crée de curieuses créatures, d'étranges véhicules et de mystérieux personnages à partir d'objets abandonnés, à qui il redonne une nouvelle vie emplie de poésie.
Il mêle ainsi au métal et aux rouages, une ossature de bois et des vêtements de cuir pour donner vie à ces sculptures qui semblent toutes raconter une histoire.
J'aime beaucoup la maladresse de ces personnages qui ressemblent souvent à des inventeurs complètement fous prêts à inaugurer leurs dernières inventions. J'ai comme un doute sur leur bon fonctionnement...

Stéphane Halleux analyse son travail de cette manière :
"Depuis toujours je suis fasciné par la robotique, ses avantages et ses contradictions. L’importance de la robotisation et son incidence grandissante sur le monde humain. Qui n’a pas rêvé de posséder un robot pour faire tout le sale boulot? Mais quelle est la frontière? Jusqu’où le robot est-il au service de l’homme et à partir d’où nuit-il à son existence? Voilà c’est ça que j’ai envie de fabriquer: des caricatures de robots qui ont dépassé ces frontières, le tout baignant dans une vision fantaisiste du futur. Le futur qu’on aurait inventé à l’époque : des gros ordinateurs avec plein de câbles et des voyants lumineux partout. C’est ça que j’aime un univers de futur démodé ( et il n’y a pas tellement longtemps que je sais que ça porte le nom de ” steampunk”)."

Vous pouvez retrouver l'interview complète ici.
 
 
Pas mal de mises à jour pour cette fin de semaine dans la partie Prières :
Les textes postés ici ne sont de ma plume que lorsqu'ils sont signés. J'ai retrouvé ces derniers dans mes fichiers et j'ai malheureusement perdu les sources. Si vous les connaissez, merci de me les transmettre. :-)
 
 
Je suis amoureuse de l'art sous toutes ses formes, surtout les plus dérangeantes, celles qui nous font nous interroger et remettre en question le monde qui nous entoure, le regard que nous portons sur lui et sur nous même.
Au-delà de l'aspect quasi philosophique de l'art, je ne peux pas le détacher de son attrait esthétique. Il y a actuellement un mouvement culturel en plein épanouissement qui me parle beaucoup à ces deux niveaux : le Steampunk.
Pour ceux qui ne connaissent pas, le Steampunk est à l'origine un style littéraire basé sur l'uchronie "Si la technologie s'était développée autour de la machine à vapeur"; d'ailleurs la traduction du terme "Steampunk" est "Punk à vapeur".
Cet article n'a pas pour but de vous présenter ce mouvement, je vous invite à vous en référer à l'article Wikipédia qui en parle plutôt bien ainsi qu'à divers sites que vous pourrez trouver sur la Toile si cela vous intéresse.
En réalité, j'ai envie de vous parler d'un artiste horloger : Eric Freitas.

Ce monsieur crée des horloges tout droit sorties d'un sombre monde parallèle où le temps n'a pas la même signification que dans le notre.
Je vous laisse admirer son magnifique travail :
Voici une interview faite par le magazine Elegy (n°68) :

Vous dites de vos horloges qu'elles sont le reflet de vos obsessions visuelles passées, pourriez vous préciser ?

Personne ne peut échapper au fait que nos expériences sont une toile qui influence nos émotions vers une esthétique ou une autre. Je crois que les artistes ont tendance à se concentrer sur ce qu'ils trouvent intéressant, non seulement au niveau analytique, mais aussi à un niveau très intuitif. Les choses qui vous obsèdent finissent par refaire surface naturellement dans vos créations. Quand j'étais petit mon frère ainé m'a intéressé à la calligraphie et j'ai vécu sur un chemin abandonné en face d'une grande foret du Michigan, et mon père était mécanicien. Je ne sais pas si c'est ce mélange nature-mécanique qui ressort dans mon travail aujourd'hui. C'est surement une explication facile et confortable, car les choses qui déterminent vos goûts sont plus nuancées, voire enfouies. Tout ce que je sais, c'est que lorsque quelque chose m'accapare, il m'est impossible de m'en débarrasser, même quand je ne devrais pas. Et je crois que cette même concentration obsessive se retrouve quand je crée. Elle m'aide à garder une idée pour qu'elle ne cesse de s'appliquer tout au long du processus d'horlogerie.

Vous définissez vos mécanisme comme "des répétitions organiques de la machine qu'est la nature". Vous semblez avoir une volonté d'imiter la nature pour parfaire vos rouages? Est ce accorder plus d'importance à la nature ou à la mécanique ?

Je n'en privilégie aucun, mais je trouve intéressant de les mélanger. Tous les deux ont en eux une répétition magnifique. Ils s'accordent mieux qu'on ne le pense et j'aime flouter la frontière entre les deux. Dans la plupart de mes horloges mécaniques, les rouages semblent organiques. Dans ma toute dernière création, Mécanique n°7, il y a des centaines de vis non fonctionnelles qui s'accumulent au hasard des engrenages, sur toute la surface, comme des coquillage ou de la mousse. Cela vous donne l'impression étrange que la nature et la mécanique semblent se copier ou s'adapter l'une à l'autre. Je trouve également ironique que la nature semble pré-programmée et presque mécanique, tout en apparaissant chaotique. Tandis que les gens, qui sont capable de pensée originale et de créer des histoires, semblent néanmoins graviter vers la perfection de l'ordre et un besoin agaçant de tout catégoriser.

Quel serait pour vous le projet le plus fou que vous aimeriez réaliser ? Reconstruire Big Ben ?

J'aimerais, un jour, créer une horloge qui n'implique ni main ni chiffres. Ou trouver le moyen de donner l'heure de manière plus subtile. Par exemple, par de légers tintements qui changeraient de son selon l'heure du jour, ou des engrenages qui s'ouvrent et remuent légèrement, même pourquoi pas par des mouvements soudains et spontanés. Si je pouvais créer ça à grande échelle, que l'on puisse même passer au travers d'une horloge, ce serait mon rêve fou incarné.
On verra... Ça dépasse la connaissance et tout le travail possible. Mais on ne sait jamais.

 
 
Le site se développe un peu en amont du blog et vous pouvez trouver à présent quelques nouveautés dans la partie Cercle de la Lune Rousse:
  • Création d'un section Chant avec pour plusieurs sous catégories d'artistes : Faun, Hagalaz'Runedance, Lisa Thiel, Omnia.
  • Refonte de la section Prière avec pour l'instant la sous section Fêtes celtiques et la sous sous section :-P Beltaine
  • J'ai ajouté aussi, toujours dans Prière, une partie sur Odin. J'ajouterai au fur et à mesure d'autres prières, invocations, charges etc sur différentes déités, elles seront probablement classées par panthéon.
J'aimerais bien pouvoir vous proposer à terme une sorte de centre de ressources un peu éclectique. :-)