Picture
Hier soir, ma moitié et moi-même avons participé à un cours d'œnologie dans les caves de Louis XV à Paris, près du Louvres.
Dans un cadre feutré nous avons pu déguster 2 vins blancs et 5 vins rouges guidés par un oenologue.

La dégustation d'un vin se fait en trois étapes. Voici quelques conseils :

I. La robe du vin

1. La filtration : Regardez si le vin est clair ou s'il contient des particules en suspension. Plus il est limpide, plus grande est sa qualité. Cela ne concerne que les vins jeunes, passé 10 ans il est normal qu'il contienne un dépot ce qui n'altère en rien son goût. Il suffit seulement de le laisser décanter.

2. La brillance : Plus le vin est brillant plus il est acide et est considéré comme "sec", a contrario si sa robe est jaune mat il contient plus de sucres.
On peut deviner l'acidité d'un vin avant même de l'acheter grâce à la couleur des bouteilles. Les vins acidulés seront dans des bouteilles vertes ou bleues tandis que les vins sucrés seront contenus dans des bouteilles translucides.

3. Le disque (ou ménisque) : En inclinant le verre, il apparait un disque à la surface du vin. Pour les vins blancs, si ce disque est plus foncé que le reste du liquide c'est qu'il est jeune. Le disque pâlit avec le temps.
Au contraire, pour le vin rouge, un disque brillant signale un vin jeune.

4. Lorsque l'on fait danser le vin dans son verre, il est conseillé de porter attention à ce qu'on appelle ses larmes (appelées aussi la cuisse du vin). Si le liquide coule rapidement des parois c'est qu'il contient plus d'alcool que de sucre.

II. L'odeur du vin

Il faut respirer le vin un première fois pour avoir accès à ses parfums les plus volatiles puis le faire tourner délicatement afin d'obtenir ce que l'on appelle le "second nez". Vous verrez que le résultat est surprenant !

Il existe 5 catégories pour les aromes du vin :
  1. Fruité (la majeure partie des vins peu importe leur couleur)
  2. Épicé (essentiellement parmi les vins rouges)
  3. Boisé (fréquemment lorsqu'il est vieilli en fût de chêne)
  4. Floral (particulièrement dans les vins d'Alsace)
  5. Animal (c'est ce qu'on appelle "bouchonné", lorsque le bouchon a séché et qu'il y a eu une trop grande oxydation)

III. La dégustation du vin

Une pratique courante lorsque l'on goûte un vin est la rétro-olfaction. C'est une technique qui permet de réchauffer le vin dans la bouche et donc de détecter d'autres arômes plus subtiles.
Il s'agit tout simplement d'aspirer de l'air lorsque le vin est en bouche. Cela produit un charmant petit bruit très glamour. ;-)
Par contre, il est déconseillé de l'effectuer trop fréquemment car c'est un apport soudain d'alcool qui, à la longue, pourrait avoir des effets regrettables...

IV. Le vieillissement du vin

Tous les vins ne se conservent pas de la même manière. Un facteur essentiel à la bonne conservation d'un cru est la quantité de tanin qu'il contient.
Le vin blanc ne contenant aucun tanin et le vin rosé en ayant très peu, ils ne se conservent pas plus de 5 ans sinon ils perdent de leur goût et sont plats en bouche. Néanmoins une exception peut être faite s'ils sont vieillis en fûts de chêne car ce dernier lui apporte naturellement du tanin. (Le chardonnay en est un bon exempkle).
Une autre exception à la conservation des vins blancs sont les blancs sucrés. Ils se conservent bien grâce à l'action du sucre.
Un vin rouge peut se conserver jusqu'à 40 ans. Plus un vin est chargé en tanin, plus il est possible de le conserver.

Vous pouvez deviner si un vin contient beaucoup de tanin à son astringence. En effet, sa présence en grande quantité donne une impression de dessèchement des muqueuses.
Il est conseillé pour assouplir un vin de l'ouvrir quelques heures avant la dégustation. Il est aussi possible de le carafer durant 1h30 à 2h pour qu'il perde une bonne partie de son tanin.

V. Les étiquettes

En France, il est rarement stipulé sur les étiquettes des vins, les cépages dont ils sont issus ce qui est un peu dommage...
Quelques petites choses à savoir : lorsqu'on parle de "château" ou de "domaine" sur une étiquette cela concerne en réalité la superficie de l'exploitation vinicole. Une exploitation de plus de 40 hectares prendra le nom de "château" tandis que "domaine" est réservé aux plus petites superficies.
Si vous deviez choisir entre deux vins dont l'un venant d'un château et l'autre d'un domaine, il est conseillé de choisir plutôt le second. Il y a de plus grandes chances de qualité sur un petit espace qu'une très grande superficie.

Le millésime représente l'année de la vendange. En France, nous vendangeons de septembre à octobre. Ainsi un raisin récolté après octobre sera considéré comme une vendange tardive.
La qualité d'un millésime varie selon le climat de l'été. Plus il est chaud et sec, meilleur sera le vin. Ainsi les années à conseiller sont 2000, 2003, 2005 et 2009. Évitez les vins datant de 2007 qui a connu un été très pluvieux.

S'il est marqué que la mise en bouteille a été effectuée à l'exploitation, c'est un gage de qualité. Lorsque l'on doit déplacer le vin pour l'embouteiller, il est nécessaire d'y mettre des additifs afin qu'il s'abîme le moins possible.

Un grand cru classé est un véritable gage de qualité. Il s'agit du classement des meilleurs crus dans une même région. Au contraire, les "médailles" ne signifient rien et ne sont que du marchandising.


J'espère vous en avoir appris un peu plus sur la dégustation du vin ! Personnellement j'ai énormément apprécié ce moment et cela m'a donné envie d'en consommer plus régulièrement.

Picture
Picture
 


Comments


Your comment will be posted after it is approved.


Leave a Reply